dimanche 19 février 2017

Taboulé de chou-fleur à l'orange

Décidément, je n'en sors pas ! Après les rillettes sans viande, le gâteau sans farine, voilà le taboulé sans semoule...
Le chou-fleur de notre panier était tellement beau, immaculé, si frais, si ferme que je n'ai pas voulu le cuire. Nous l'avons donc mangé râpé, accommodé comme je le fais habituellement pour le chou rouge, avec oranges et fruits secs. Le terme de "taboulé", sans doute inapproprié mais d'usage actuellement,  vient de la ressemblance entre les petits grains de chou-fleur, bien croquants et les grains de semoule. Peu importe, voici un hors-d'oeuvre très frais, rapide, vitaminé, et qui devrait plaire à tous !


Ingrédients : 
1 petit chou-fleur,
4 oranges,
120 g de fruits secs en mélange (raisins secs, abricots secs, cranberries),
1 petit oignon rouge,
1 citron,
2 c. à soupe d'huile d'olive,
1 grosse pincée de fleur de sel,
un bouquet de persil.

Séparez les bouquets de chou-fleur et râpez-les à l'aide d'une grosse râpe afin d'obtenir une semoule grossière. Versez dans un saladier.
Pelez les oranges à vif, retirez bien tout le blanc cotonneux et coupez les quartiers en petits morceaux.
Pelez et hachez l'oignon rouge. Mélangez les grains de chou-fleur, les oranges et l'oignon. 
Ajoutez les fruits secs.
Terminez avec le  persil haché, le jus de citron pressé, l'huile d'olive et la fleur de sel.
Laissez reposer au frais comme vous le feriez avec un "vrai" taboulé.
                                                                             Et c'est tout !
 

jeudi 16 février 2017

Fondant au chocolat (et aux... lentilles)

Des rillettes sans viande ? Un fondant au chocolat et aux lentilles ? Décidément, rien ne va plus ! Voilà le gâteau qui a suivi les rillettes. Je fais toujours cuire une plus grande quantité de lentilles que nécessaire car elles finissent immanquablement en salade ou en fondant ! Je réalise ce gâteau depuis la sortie du livre de Marie Chioca  "Céréales originales et savoureuses légumineuses". Il a la texture d'un fondant aux marrons mais ce sont les lentilles qui donnent cette consistance épaisse et dense. Avec le temps, j'ai adapté la recette à nos goûts, diminué la quantité de chocolat, augmenté la quantité de lentilles, remplacé le sirop d'agave par du sucre... . Dernièrement, j'ai aussi remplacé le beurre par de la purée de noisettes, UN REGAL !
Pour la recette de base, si vous n'avez pas le livre de Marie, je vous renvoie chez Audrey qui en a  fait un article et a suivi la recette à la lettre.
Vous n'êtes pas prêts d'oublier ce fondant qui en bluffera plus d'un. Il a aussi le gros avantage d'être sans gluten, avis aux intolérants. Alors, la prochaine fois que vous ferez cuire des lentilles (sans assaisonnement), pesez une petite quantité que vous congelez ou mettez de côté, vous ne le regretterez pas...

 Ingrédients : 
230 g de lentilles vertes cuites,
200 g de chocolat noir à 64%,
100 g de purée de noisettes (ou de beurre),
120 g de sucre,
1 oeuf entier,
3 oeufs (blancs et jaunes séparés),
1 c. à c. d'extrait naturel de vanille

Préchauffez le four à 180°C (th.6).
Faites fondre dans une casserole le beurre et le chocolat cassé en morceaux. Ajoutez les lentilles cuites. Transférez dans le bol du robot avec l'oeuf entier et les 3 jaunes. Mixer jusqu'à l'obtention d'une consistance bien lisse.
Battez les blancs en neige ferme avec une pincée de sel et incorporez-les au mélange lentilles-chocolat.
Versez dans un petit moule à manqué de 20 cm de diamètre et enfournez pour 30 minutes. Laissez totalement refroidir au frais avant de servir. Ce fondant est meilleur après plusieurs heures voir le lendemain.

dimanche 29 janvier 2017

Rillettes végétales aux lentilles et noix

Pas de cochon dans ces rillettes, ni canard, ni volaille d'aucune sorte d'ailleurs ! Non ! Vraiment rien d'animal ! 
Ce pot de rillettes c'est l'histoire d'une bonne recette trouvée ici, réalisée avec les lentilles de Vincent, les noix d'un voisin,  les carottes semées par Marie-Laure, récoltées par Florent et puis... LE ... PAIN.. de Sylvain. C'est l'histoire d'un aliment savoureux, remarquable par ses qualités nutritives, riche en protéines végétales et en acides gras oméga 3. Et puis c'est l'histoire d'une bande de copains gourmets qui rivalisent d'originalité, d'ingéniosité et de créativité pour utiliser les légumes du panier de notre AMAP.
Hier soir lors de l'Assemblée Générale, afin d'accompagner le pain de Sylvain, notre paysan-boulanger-philosophe, j'avais apporté quelques tartinades dont l'houmos de betteraves que je vous ai déjà proposé et ces rillettes de lentilles. Elles ont été plébiscitées, alors comme promis, je m'empresse de livrer la recette. Une fois de plus, rien de bien compliqué, peu d'ingrédients, mais tous de première qualité !
Et MERCI à ma fille chérie pour ce petit bol réalisé avec de l'argile de La Borne, son premier objet tourné et offert à Noël !

Ingrédients :
220 g de lentilles vertes cuites
85 g de cerneaux de noix décortiqués
1 gros oignon
2 c. à s. de tamari
2 c. à s. de jus de citron
2 c. à s. d'huile d'olive
sel, poivre, piment d'Espelette

Torréfier les noix quelques minutes au four th. 7 (200]c)
 Eplucher et émincez finement l'oignon (de façon à obtenir de longues lanières pour une texture rillettes). Faites revenir ces lanières dans l'huile d'olive jusqu'à caramélisation.
Mettez tous les ingrédients dans le bot du robot et mélangez, sans trop insister. Si le mélange est trop sec, ajoutez un peu d'eau de cuisson des lentilles. 
Ces rillettes peuvent se servir tièdes (si les lentilles viennent d'être cuites) ou froides, tartinées sur un bon pain, des crackers ou en dip avec des bâtonnets de crudités.
 





mardi 22 novembre 2016

Gâteau pomme-rhubarbe en croûte craquante

 J'avais repéré ce gâteau aux pommes chez Manue. "Tuerie intergalactique, hyper moelleux, humide ... avec une croûte craquante qui fait toute la différence..." Comment résister ? Il ne m'en a pas fallu davantage pour l'essayer, et le refaire, le refaire, encore et encore ! Tout ce que j'aime ! Ce gâteau si simple avec les ingrédients du placard est devenu un classique. Je vous le présente ici avec de la rhubarbe, dont l'acidité se marie si bien avec pomme et vanille. J'ai seulement modifié la quantité de beurre (150 g au lieu de 200 g mais du beurre salé !) et ajouté un peu de sucre dans la pâte  à cause de la rhubarbe. Si vous préférez une version sans rhubarbe, deux belles pommes suffisent.

Ingrédients : 
150 g de farine,
1 cuillère à café de levure,
130 g de sucre de canne (+50 g pour la croûte)
150 g de beurre mou 1/2 sel,
1/4 de cuillère à café de sel,
la pulpe d'une gousse de vanille,
2 oeufs,
1 yaourt grec,
1 belle pomme pelée et coupée en tranches fines,
1 tige de rhubarbe (200 g environ) pelée et coupée en petits morceaux.

Préchauffez le four à 180°c.
Dans un bol, mélangez la farine, la levure et le sel.
Dans un autre bol, fouettez le beurre avec le sucre et la pulpe de vanille jusqu'à obtenir une consistance légère.
Ajoutez les oeufs un à un puis alternativement la farine et le yaourt.
Incorporez les tranches de pommes et les morceaux de rhubarbe et versez le tout dans un moule de 20 cm de diamètre beurré et fariné.
Saupoudrez de sucre et enfournez pour 50 minutes. Le gâteau doit être doré.
 Ne faites pas comme moi lors de mon premier essai, ne conservez pas ce gâteau sous cloche, car l'humidité lui fait perdre sa délicieuse croûte.

vendredi 18 novembre 2016

Velouté de carottes aux moules

J'ai eu dernièrement l'occasion de déguster chez Anne-Marie Nagelsein, la créatrice du jardinage en carrés, plusieurs soupes de légumes toutes simples mais très parfumées. L'une d'elles a particulièrement retenu mon attention car elle contenait de la verveine citronnelle.
Il y a dans notre jardin potager trois magnifiques pieds de verveine citronnelle; je l'utilise pour parfumer les salades de fruits, les entremets, en infusion comme dans ce délicieux tiramisu mais je n'aurais pas pensé en mettre dans une soupe ! Voilà chose faite avec ce velouté de carottes aux moules, bien relevé par le parfum citronné de la verveine.

Ingrédients :
1,5 kg de moules,
600 g de carottes,
2 dl de vin blanc sec,
2 oignons,
2 feuilles de laurier,
1 petite branche de verveine citronnelle (une vingtaine de feuilles),
curry,
sel, poivre,
huile d'olive.
 Epluchez les oignons et émincez-les. Pelez les carottes et coupez-les en dés. Faites chauffer une cuillère à soupe d'huile dans une casserole, ajoutez la moitié des oignons et les carottes. Recouvrez d'eau et ajoutez la brindille de verveine citronnelle. Laissez cuire doucement pendant une dizaine de minutes jusqu'à ce que les carottes soient bien tendres. Retirez la verveine citronnelle.

Pendant ce temps, lavez et grattez les moules sous un filet d'eau froide. Faites revenir le reste des oignons avec une cuillère à soupe d'huile et une belle cuillère à café de curry, sel, poivre. Versez le vin blanc. Remuez. Ajoutez les moules, couvrez et laissez-les s'ouvrir en les remuant souvent.
Retirez la cocotte du feu lorsque les moules sont toutes ouvertes. Egouttez en gardant le jus de cuisson. Décoquillez les moules (vous pouvez en réserver quelques-unes pour la présentation).
Mixez les carottes en ajoutant petit à petit le jus de cuisson des carottes et celui des moules, bien filtré (vous devez obtenir 1,5 l de liquide sinon complétez avec un peu d'eau). 
Rectifiez l'assaisonnement, ajoutez la crème liquide,puis les moules et remuez.
Servez le velouté bien onctueux avec les moules réservées et saupoudrez de persil, ciboulette ou cerfeuil. 
 
Embarquement garanti pour la Bretagne dès la première cuillère !
 










mercredi 16 novembre 2016

Petits clafoutis de coings aux amandes

 Moins de cèpes, moins de cerises (c'est à dire aucune !)  moins de prunes (c'est à dire aucune !) moins de coings ... La météo a été impitoyable pour la nature cette année mais notre jeune cognassier, qui avait été si généreux ces trois dernières années, nous en a quand même fourni un beau panier.
Le coing symbolise vraiment le passage à l'automne. La récolte correspond aux premiers frimas mais sa couleur jaune d'or apporte encore du soleil à la maison. Ils sont si beaux, si photogéniques, qu'ils font souvent l'objet de natures mortes.  Pourtant le meilleur est encore pendant la cuisson où leur parfum si puissant embaume la cuisine.

Voici la sixième recette de coings sur le blog ! On les aime ! Après le couscous végétarien que je vous présentais dernièrement, c'est une utilisation plus classique en version sucrée que je vous donne aujourd'hui. Les coings sont confits dans un délicieux sirop à la vanille avant la cuisson des petits clafoutis.
Ingrédients :
2 gros coings,
140 g de sucre de canne,
2 c. à soupe de miel,
1 gousse de vanille,
2 oeufs,
15 cl de lait,
15 cl de crème liquide,
50 g de poudre  d'amande,
20 g de farine,
2 c. à soupe d'amandes effilées,
beurre pour le moule.
 
 Dans une casserole, versez 50 cl d'eau, 80 g de sucre, 2 c. à soupe de miel et la gousse de vanille ouverte sur toute sa longueur et bien grattée. Faites chauffer jusqu'à ce que le sucre soit dissous.
Pendant ce temps, épluchez les coings, retirez les trognons, puis coupez-les en 8. Plongez les fruits dans le sirop et laissez cuire sur feu moyen jusqu'à ce que le sirop commence à faire des petits bouillons. Réduisez alors à feu doux, couvrez et poursuivez la cuisson pendant 1 heure et demie environ. Les tranches de coings doivent être tendres et avoir une jolie couleur rosée.
Préchauffez le four à 180°C (th.6). Beurrez des petits moules individuels.
Fouettez les oeufs avec le sucre en poudre, la poudre d'amandes et la farine. Versez le lait, la crème et continuez de fouetter.
Déposez les morceaux de coings confits dans les moules. Versez la pâte sur les fruits. Parsemez d'amandes effilées et enfournez. Faites cuire environ 25 mn.


 


dimanche 13 novembre 2016

Curry de butternut et épinards

Rapide, facile, le curry représente le plat végétarien complet par excellence. En cette saison, on ne se lasse pas de ses nombreuses variantes plus ou moins épicées. Les courges, bien entendu, arrivent au premier plan des légumes aimant la compagnie des épices. Je vous ai déjà proposé un curry "le curry de légumes racine" dans lequel j'utilisais de la pâte de curry; celui-ci a été cuisiné avec des poudres d'épices, ce qui permet à chacun de doser et modifier en fonction de ses préférences. J'ai utilisé une Butternut, mais de nombreuses variétés (dont la Kabosha notre préférée) conviendront parfaitement. J'ai ajouté les petits épinards tout frais que je venais d'éclaircir dans le potager.  
Vous verrez, c'est difficile d'y résister; le curry on y vient et on y revient.

Ingrédients :
Une courge butternut de 800 g pelée et coupée en petits dés,
250 g d'épinards frais, lavés et égouttés,
1 gros oignon pelé et ciselé,
2 tomates concassées,
25 cl de lait de coco,
1 petite boîte de pois chiche,
2 gousses d'ail pelées et écrasées,
1 morceau de gingembre de 2 cm,
1 cuillère à café de curry  en poudre,
1 pincée de cumin moulu,
1 bâton de cannelle,
1 anis étoilé,
le jus d'un 1/2 citron,
 huile d'olive,
poivre, sel.

 Dans une casserole, faites chauffer 2 cuillerées à soupe d'huile. Ajoutez l'oignon et laissez cuire pendant 2 minutes. Ajoutez la courge butternut, l'ail, le gingembre, le curry, le cumin, la cannelle et l'anis étoilé.
Faites dorer pendant 1 minute avant d'incorporer les tomates et 1/2 vere d'eau. Salez, poivrez et laissez cuire à couvert et à feu doux pendant 10 minutes.
Ajoutez les feuilles d'épinards, mélangez et laissez fondre pendant 10 minutes.
Versez le lait de coco, portez à ébullition et faites mijoter à  découvert pendant 10 minutes.
Vérifiez et rectifiez l'assaisonnement avant de servir avec du riz basmati.